Les MOOC en 2018

Posté dans : Divers 0

INTRODUCTION

Les MOOC qui signifient Massive Open Online Course en anglais sont des cours et formations via internet capables de rassembler plusieurs milliers de participants de par le monde.
L’idée des MOOC est simple : apporter l’enseignement massivement à tout le monde, de manière ouverte et à l’échelle planétaire.
Les murs d’une école ne peuvent pas être poussés, il y a des limites physiques.

La révolution internet repousse toutes ses limites.

Comme beaucoup d’idées modernes, elle n’est pas nouvelle. Que ce soit par la radio, les journaux, les livres ou la télévision, nous cherchons à diffuser massivement le savoir depuis la première révolution industrielle.
Et si l’on remonte dans l’histoire, nous savons que Gutenberg souhaitait justement par l’impression massive des livres diffuser aussi largement que possible le savoir.
Qu’est-ce qui a changé alors ? Internet, l’instantanéité et Wikipédia ont fait leur révolution.
Aujourd’hui au milieu de la steppe du Kazakhstan je peux communiquer avec mes équipes en France, à Astana ou à Tokyo et suivre en parallèle un enseignement sur la Blockchain d’une université au Brésil.

UNE BRÈVE HISTOIRE DES MOOC

En novembre 2006, Salman KHAN aide un de ses cousins à apprendre les multiplications.
Dans la foulée voyant le besoin il fonde la Khan Academy qui propose des MOOC partout dans le monde.

Il se place aujourd’hui dans le top 100 des personnalités les plus influentes au monde.

Si le principe des MOOC apparaît autour de l’année 2006, l’envol a eu lieu en 2012.

2012 : L’ÈRE INDUSTRIELLE

MIT et Harvard lancent cette année là leurs plateformes, et mettent en ligne l’intégralité de leurs contenus. On parle bien de l’intégralité des cours et supports de cours de ces deux universités prestigieuses.
Leur philosophie est simple : le savoir doit être accessible. Mais la valeur ajoutée de ses grandes écoles réside désormais non plus dans le contenu mais dans le contant à savoir dans le cursus pédagogique, l’accompagnement, et la qualité du corps enseignant. Le savoir aujourd’hui ne suffit pas à faire les savants.
Cette idée simple montre une évolution profonde.
En même temps Salman Khan est diplômé du MIT et d’Harvard.

2017 : LA PROFESSIONNALISATION

La plus grande difficulté rencontrée par ces plateformes c’est le financement.
La problématique du modèle économique est récurrente et certain projet ont dû fermer faute d’être pérenne.
Les sociétés spécialisées commencent à s’y intéresser et développent des modèles économiques pérennes et viables autour des MOOC. Dès lors, la priorité est donnée à la qualité du contenu et à la pédagogie. Les clients sont alors majoritairement des entreprises soucieuses d’utiliser ces nouveaux outils pour favoriser la formation continue de leurs équipes.
Cette évolution est aussi liée à l’explosion de la vidéo, et aux possibilités d’interactivité des nouvelles technologies comme la réalité virtuelle.

QUELQUES CHIFFRES

Khan Academy, l’organisation fondée par Salman Khan

– 1,4 milliards de vues YouTube
– 130 millions de dollars de CA annuel avec un produit gratuit

MITX

Programme le plus populaire (langage informatique python)
* 1.2 millions d’étudiants Soit plus que la population d’Astana

EDX la plateforme commune MIT HARVARD

Top 1000 des sites les plus visités au monde
– 14 millions d’utilisateurs (soit un peu moins que la population du Kazakhstan)

– 1800 programmes enseignés.

Et au niveau global

– 60M d’étudiants en 2016 et 81M d’étudiants en 2017 (soit plus que la population française)
– 7000 programmes différents en 2016, 9400 en 2017.
Progression n’est plus exponentielle elle est plutôt linéaire. Mais comparé à l’âge des MOOC, on aura dépassé les 100M cette année et les 200M d’ici 4 à 5 ans.

INNOVATION SOCIALE

Le MOOC est un outil fabuleux pour faire face aux défis de la mondialisation.
Il permet à nos jeunes et moins jeunes générations un accès accéléré, permanent et massif aux savoirs et une montée en compétence dans des domaines très pointus.
Il est difficile pour un petit état d’avoir des spécialistes dans toutes les disciplines, dans tous les domaines, dans toutes les spécialités. Mais il est facile d’encadrer et d’accompagner les élèves grâce aux MOOC d’autres pays. En retour, ce pays peut offrir au monde entier ses domaines d’excellences et de haute technologie.
Concernant l’enseignement traditionnel, au même âge deux enfants peuvent être extrêmement différents en termes de maturité et de développement. Être capable de proposer à l’un et à l’autre une approche personnalisée en le dirigeant selon ses forces et ses faiblesses, selon son avancement vers tel ou tel programme est une chance inouïe.
Une des approches possibles est l’enseignement hybride : collectif en classe, et en individuel grâce au MOOC avec un parcours personnalisé.
Aux USA, il y a 6000 options possibles à l’école. Les MOOC peuvent vous donner accès à chacune d’elles depuis votre salon ou depuis le milieu de la steppe.
Que vous soyez un étudiant d’une grande université ou un éleveur de mouton dans les steppes, vous avez un accès complet à tout ce savoir et vous pouvez vous retrouver sur des thématiques communes.
Et ils auront la même qualité d’enseignement que pour un étudiant à la Sorbonne, un élève à Marseille ou un vigneron en Champagne.
Les MOOC sont donc un outil de réduction des inégalités. Ils offrent à tout un chacun un accès à tout le savoir et à un accompagnement personnalisé.

APPLICATION INDUSTRIELLE

Si les MOOC sont nés dans un environnement universitaire, les applications industrielles sont aujourd’hui importantes.
La première est la réalisation par des entreprises de MOOC concernant leurs produits ou leurs métiers.
Que ce soit pour le lancement d’un nouveau produit et ainsi former massivement les utilisateurs ; ou pour sensibiliser le public à une problématique, les MOOC sont une des solutions.
Dans le cadre de la formation continue, il est plus facile, plus rapide et beaucoup moins cher de réaliser un MOOC et le déployer massivement que de faire venir en un point des dizaines de personnes pour les former.
Dans un pays comme le Kazakhstan où les implantations d’une entreprise peuvent être séparées de 1000 à 2000 km, la simple réalisation d’une formation d’équipes réparties sur plusieurs sites est un casse-tête là où un MOOC permet des gains de temps et d’argents.
Une problématique récurrente en entreprise dès lors qu’il y a un départ en retraite, certains savoir-faire disparaissent.
Imaginez : par anticipation, l’entreprise fabrique un MOOC avec le partant, permettant le transfert du savoir et du savoir-faire à plusieurs équipes dans le monde, le contenu ainsi créé pourra être ensuite réutilisé sur une longue période.
Un exemple chiffré est le MOOC de Total sur le pétrole et le gaz : celui-ci a réuni plus de 24 000 participants.
C’est aussi un outil de communication et d’image.
Prenons le cas d’une entreprise pétrolière consciente que son métier premier disparaîtra tôt ou tard faute de matières premières.
En préparation, toutes ont lancé des projets dans les énergies du futur. Mais la création et la publication de MOOC sur ces sujets innovants permet de sensibiliser à la fois le grand public mais aussi la communauté scientifique sur le sujet. Cela montre l’implication et l’investissement réel de cette entreprise dans ces domaines.

PHILOSOPHIE ET POLITIQUE DES MOOC

Le MOOC replace l’humain au centre de notre société.
Sans nos assistant(e)s nous ne serions plus rien, condamné à faire des papiers et répondre à des e-mails toute la journée. Vous êtes peut-être le PDG d’une des plus grandes entreprises du monde, mais sans votre femme/homme de ménage tous les matins vous devriez vous faire un chemin entre les détritus dans votre bureau.
Aujourd’hui la transmission du savoir est un enjeu toujours plus important. Nous investissons autant dans les machines dans nos entreprises que dans le savoir-faire de nos équipes.

La transmission des savoirs, et la capacité de les transmettre est une richesse souvent bien plus grande que nos machines-outils ou nos capitaux financiers.

Que ce soit aller sur la lune, trouver des nouveaux vaccins, construire un état après la chute de l’URSS,  la réussite des plus grands projet est née du savoir-faire, des compétences, du courage et du dévouement d’hommes et de femmes remarquables.
Les MOOC offrent une formidable opportunité de continuer sur cette voie du partage du savoir.
Soyons honnête avec nous-même, si je deviens ministre de l’éducation je crierai devant toutes les télévisions : « vive l’école de la république » ; et je courrais mettre mes enfants dans les meilleures écoles privées du monde.
C’est ce que l’on appelle en France le « paradoxe du Ministre ».
Les MOOC ne sont ni la solution, ni la révolution annoncée.

C’est une brique d’un immense édifice.

C’est le composant d’un modèle de société et de civilisation.
C’est la flamme du savoir qui nous appartient d’allumer, de faire vivre et grandir avec tous les autres domaines évoqués aujourd’hui.
Il appartient aux décideurs, en entreprises comme dans les institutions et les ministères, de faire vos choix en tenant compte de cette flamme.
Ce sont toutes ces questions et ces réflexions que les MOOC nous apportent.
Je n’ai pas de réponses toutes faites à vous offrir.
Il appartient à chacun de nous de décider de votre modèle de management, de transmission du savoir et des valeurs ; et dans quelle société de la connaissance nous voulons voir grandir les prochaines générations.

QUEL AVENIR POUR LES MOOC

Les chaînes de vulgarisations scientifiques sur YouTube vues par des centaines de millions de personnes de part le monde sont une des évolutions marquantes des MOOC.
Pour continuer d’évoluer il est nécessaire de franchir plusieurs caps.
Celui de la standardisation, comme pour un fichier entre un Mac, un PC, un Linux, un Iphone ou un Android, un MOOC doit être lisible partout et par tous. Et les programmes d’enseignement doivent devenir interconnectables.
Mais le plus important est la nécessité absolue de construire des parcours pédagogiques et un accompagnement complet. C’est cette exigence de qualité et suivi qui fera le succès ou l’échec des prochains programmes.

CONCLUSION

Il existe un fossé qui se creuse entre ceux qui pensent que l’éducation est un moment de la vie et ceux qui comprennent que c’est tous les jours.
Se former est un processus permanent et continu.
Le fait de savoir l’information n’est plus un atout car elle est disponible massivement et partout.

Le MOOC est aujourd’hui une réponse globale à la banalisation du savoir.

Les MOOC sont une idée, une manière d’appréhender le monde.

Ce n’est pas une technologie mais une vision. Une idée de la société que nous voulons pour nos enfants.

Partager son savoir et sa connaissance massivement c’est comme partager un morceau de pain à l’étranger qui toque à ma porte au milieu des steppes.
C’est un devoir universel.
Celui de laisser sa porte ouverte et de construire des ponts, pas des murs.

 

Texte publié sur https://plume.one/ reproduction autorisée en laissant le copyright et un lien vers le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quinze + 14 =